GameBoy « FAT » (1990)

Présentation
Anecdotes
Fiche signalétique et spécificités matérielles
Galerie photos
Manuel
Publicités

Présentation

Gunpei Yokoi, employé de Nintendo, conçoit une console de jeux vidéo portable dont la puissance est comparable à celle de la NES (Famicom au Japon), mais dont l’écran est monochrome afin de permettre un prix de vente bas et une consommation de piles réduite.

La Game Boy sort en France le 28 septembre 1990 dans un paquetage comprenant la console, un câble de liaison pour jouer à deux, des écouteurs stéréo, quatre piles R6, pour pouvoir jouer immédiatement, et le jeu Tetris, le tout pour 590 francs (environ 90 euros). Les jeux vendus séparément sont, au moment du lancement, généralement au prix de 195 francs (environ 30 euros). Il se vend 1,4 million de Game Boy la première année en France, un record à l’époque9. L’incroyable succès de cette console tient en toute une série de jeux commercialisés tout au long du cycle de vie de la console. Et en premier lieu, le célèbre Tetris, créé par le soviétique Alexey Pajitnov. Vendu avec la console, ce jeu connaît de nouveau un immense succès (après avoir été commercialisé sur micro-ordinateurs, bornes d’arcade et PC). Il se vend à plus de 30 millions d’exemplaires. À partir de 1996 sort la série de jeux vidéo Pokémon, franchise créée par Satoshi Tajiri, dont le succès phénoménal, avec 31,37 millions de jeux vendus, relance les ventes de la portable de Nintendo, qui atteint alors la troisième place parmi les consoles les plus vendues de l’histoire, avec 118 millions d’exemplaires vendus, derrière la PlayStation 2 de Sony et la Nintendo DS.

Malgré une qualité graphique minimaliste, la Game Boy a su s’imposer grâce à de nombreux atouts : petite taille (notamment par rapport à la Game Gear ou à la Lynx), prix bas, grande autonomie et catalogue de jeux aussi riche que varié. Le succès de la machine conduira Nintendo à utiliser la marque Game Boy pour plusieurs de ses successeurs, dont la Game Boy Color, en 1998, et la Game Boy Advance, en 2001. Fondées sur les mêmes principes de simplicité et de faible consommation, ces deux consoles sont compatibles avec les jeux de la Game Boy originale.

Des consoles de récupération sont notamment recyclées pour fabriquer des électrocardiographes à destination de Madagascar dans la lutte contre le paludisme : la cartouche de jeu avec cette nouvelle fonctionnalité engendre un coût de fabrication de seulement 30 euros. Elle est également utilisée par certaines personnes pour faire de la musique électronique ou encore comme interface pour certaines machines à coudre.

La Game Boy possède quatre boutons — « A », « B », « SELECT » et « START », ainsi qu’une croix directionnelle, tout comme la Nintendo Entertainment System. Un bouton « on/off » (marche-arrêt), accompagné par une troisième position « Light » sur les Game Boy Light, ainsi qu’une fente pour insérer les cartouches, sont situés sur le haut de la console portable. Nintendo recommande aux utilisateurs de laisser insérée leur cartouche afin d’éviter que la saleté ne pénètre dans la console.

Bien qu’elle soit dotée d’un processeur graphique très puissant pour l’époque, la Game Boy (indépendamment de son écran monochrome) est légèrement plus puissante qu’une Nintendo Entertainment System (NES). Le processeur graphique de la NES est moins récent que celui de la Game Boy (la NES est commercialisée dès 1983) qui est un Zilog Z80 (produit à partir de juillet 1976) qui gère la 8-Bit (commercialisée en 1983). La puissance de calcul sonore est la même que la NES. Les bruitages sont similaires à la NES mais peu de jeux utilisent la totalité de la puissance de calcul sonore de la console contrairement à la NES. La Game Boy est considérée comme mauvaise au niveau sonore (ce qui n’a pas altéré son succès mondial) à l’exception de quelques jeux comme Super Mario Land, The Legend of Zelda: Link’s Awakening.

La Game Boy connaît plusieurs variations de prix, dont une hausse liée à son succès. En mars 1992, le prix du pack contenant la console et le jeu Tetris passe officiellement de 590 F à 690 F. Il se vend ensuite 499 F à partir de décembre 1992, et la console sans jeu passe sous la barre des 300 F à l’automne 1993

Anecdotes

A venir …

Fiche signalétique et spécificités matérielles

  • Processeur principal : Custom 8-bit Sharp z80 cadencé à 4,194 304 MHz
  • Mémoire principale (RAM) : 8 Ko
  • Écran : LCD 2,6 pouces 4,7 × 4,3 cm
  • Capacités graphiques : 160×144 en 4 nuances de gris , jusqu’à 40 sprites simultanément (8×8 ou 8×16)
  • Mémoire vidéo : 8 Ko
  • Capacités sonores : Stéréo gauche ou droite. 2 canaux signal carré (PULSE) (12,5 % 25 % 50 % 75 %), 1 canal WAV 4bit programmable, 1 canal bruit blanc (NOISE).
  • Mémoire de masse : cartouches de jeux de 32 Ko à 8 Mo
  • Connecteurs : port série pour mise en réseau des consoles (jusqu’à quatre)
  • Dimensions en mm : 148 × 90 × 32
  • poids : 220 g
  • Contrôle du contraste et du haut parleur
  • Prise casque stéréo
  • Indicateur de niveau de batterie
  • Alimentation : 4 piles AA, 70 − 80 mA/h
  • Autonomie : but d’au moins 10 h. Jusqu’à 30 h
  • pas de rétroéclairage

Galerie photos

Manuel

A venir

Publicités

A venir …

sources : wikipedia

Publicités

« du salon à la poche » (1980-2010)"

%d blogueurs aiment cette page :