eMate 300 (1997)

Présentation
Anecdote
Fiche signalétique MessagePad
Les photos de mon eMate 300
Manuel
Publicités d’époques

Présentation

Le Newton d’Apple est l’ancêtre de l’iPhone et de l’iPad.

Le Newton est né pendant l’ère John Sculley, PDG d’Apple et qui à mis à l’écart Steve Jobs à la fin des années 80.

En effet, en 1987, John Sculley décrit l’un de ses rêves : le Knowledge Navigator (Navigateur du Savoir). Son idée prend la forme d’un ordinateur portable, avec un grand écran qui se déplie à la manière d’un livre, et doté de reconnaissance vocale, de connexion sans fil et d’assistants capables de s’exprimer grâce à la synthèse vocale.

Le projet est mis en chantier dès 1987 par Steve Sakoman, un ingénieur embauché en 1984 par Steve Jobs, pour travailler sur une version portable du Macintosh soutenu par Jean-Louis Gassée.

Le groupe de recherche Newton bénéficie d’un financement généreux de la part d’Apple, qui réinvestit une grande partie des bénéfices du Macintosh dans le nouveau projet mais face aux difficultés que pose la direction Apple dans le développement du projet, Steve Sakoman démissionne en 1990.

Sur fond de péripéties techniques, notamment pour la partie logiciel de reconnaissance d’écriture, saupoudrées de méli mélo au sein des équipes et du management, les ingénieurs imaginent 3 versions du Newton : une tablette de grande taille, un petit assistant de poche et un modèle intermédiaire. C’est le petit assistant baptisé junior qui sera finalement choisi.

Apple présente le Newton à la presse, en mai 1992. Les journalistes sont enthousiasmés par ce petit ordinateur de poche, malgré les défauts qui restent encore à corriger sur le prototype mais revers de la médaille, le nombre de concurrents qui annoncent leur intention de se lancer à la suite d’Apple est très impressionnant et ne fait pas l’affaire des ingénieurs…

Malgré les problèmes de développement logiciel Apple réussit à commercialiser le Newton le 2 août 1993 (Présentation à la MacWorld 1993 de Boston).

La première version du Newton souffre de plusieurs défauts. L’écran est trop petit (9,6 cm sur 7,2), et surtout la reconnaissance de caractères est laborieuse : les blagues circulant sur les erreurs de reconnaissance remplissent des sites internet entiers. Il fera même une apparition dans les Simpsons, où son incapacité à transcrire l’écriture humaine excède l’un des personnages qui finit par le balancer… Apple prétend qu’il faut du temps au Newton pour s’habituer à l’écriture de son utilisateur, mais les améliorations ne se font pas beaucoup sentir…

Comme si cela ne suffisait pas, les cartes modem et pager du Newton ne sont pas disponibles lors de sa sortie, alors même qu’Apple avait basé une grande partie de sa campagne de promotion sur les capacités de communication de l’appareil…

Pendant quelques semaines, le Newton se vend bien, faisant même mieux que le Macintosh ! Mais rapidement, les ventes s’écroulent, entraînant l’éviction de Sculley de la direction d’Apple…

Pendant cinq ans différents MessagePad Newton se sont succédés :
– L’original MessagePad en 1993
– La gamme des 1xx de 1994 à 1996 avec une reconnaissance d’écriture devenue fiable et une meilleure autonomie
– La gamme des 2xxx de 1996 à 1997 : l’aboutissement de la technologie Newton.
– l’emate 300 en 1997 : qui intègre un écran plus grand (mais affichant la même résolution que les MP 2×00) et un clavier intégré. Produit destiné à l’enseignement.

Et une grosse amélioration logiciel avec le passage au Newton OS 2 en avril 1996 qui a permis au Newton d’accroître ses capacités de communication.

Pourtant en février 1996, Apple annonce officiellement la fin de toute la gamme Newton. Steve Jobs, à son retour chez Apple en 1997, expédia toute l’équipe vers la porte de sortie, peut être comme une vengeance par rapport à son éviction d’Apple 12 ans plus tôt par le père de ce projet …

Par ailleurs, d’autres fabriquants ont produit des Newton (Newton sous licence). Les modèles les plus intéressants sont peut-être ceux de Motorola (le Marco, avec un système de communication sans fil, déjà), de Siemens (le NotePhone, hybride entre Newton et téléphone) ou de Schlumberger (le Dr Wattson, avec lecteur de carte vitale -élémentaire, mon cher-, à destination des médecins français).

Anecdote

Anecdote 1 : Le logo original d’Apple Computer comportait une image d’Isaac Newton assis sous un pommier et Sakoman décida de nommer le projet « Newton »

Anecdote 2 : Le MessagePad 2000 et l’eMate 300 sont de la main du designer Jonathan Ive mais surtout le MP110 qui fut son premier projet chez Apple.

Anecdote 3 : Le premier prototype de Newton présenté à John Sculley était en fait un simple écran tactile relié à un Macintosh, qui est piloté à l’aide d’HyperCard !

Anecdote 4 : Quelques membres de l’équipe du Newton sont revenus chez Apple lors du développement du 1er iPad.

Fiches signalétiques


eMate 300 (novembre 1997)

emate

Également présenté au public (mais en premier lieu uniquement au public scolaire) en novembre 1997, l’eMate 300 tranche avec les MessagePad.

Ressemblant davantage à un ordinateur portable qu’à un PDA, la machine intègre un clavier.

Avec son StrongARM 710a à 25 Mhz et 2,5 Mo de Ram (toutefois extensible à 7 Mo), l’eMate était moins puissant que le MessagePad 2000/2100, et il avait un seul connecteur PCMCIA (pouvant accueillir des cartes de type I, II ou III, contre type I et II seulement pour les MessagePad 2×00).

Cependant, doté d’un grand écran tactile, affichant la même résolution que les MessagePad 2×00, l’eMate ouvrait la voie à une nouvelle façon de travailler : les données pouvaient être saisies soit à l’aide du stylet, soit avec le clavier.

En quelque sorte, l’eMate est l’ancêtre des Tablettes, au même titre que le MessagePad de 1993 est l’aïeul des PDA et agendas électroniques.

Dans les écoles, des logiciels spécifiques permettaient d’utiliser les eMate en lien avec un Mac ou un PC pour constituer un « Environnement d’Apprentissage Distribué ».

Accueilli avec enthousiasme par les critiques, qui avaient déjà amplement loué les MessagePad 2×00, l’eMate a rencontré le succès.

Caractéristiques techniques :
– Processeur : StrongARM 710a à 25 Mhz
– Mémoire : 8 Mo de ROM, 3 Mo de RAM
– Affichage : 480 x 320 points, 16 niveaux de gris, rétro-éclairage
– Newton OS : 2.1 (Anglais)
– Ports : 1 port mémoire interne, 1 port PCMCIA, IrDA/SHARP ASK, NIC, série DIN-8, sortie son, haut-parleur intégré

Les photos de mon eMate 300

248782643_06528b7b-a097-4d41-a321-cea7925bc2da 248782643_e8809f85-2491-4530-bac9-6b14ce2eb8d2

Manuel

A venir

Publicités d’époques

A venir …

sources : messagepad.free.fr ; wikipedia; iCreate

Publicités

Site dédié au Newton MessagePad/eMate, à ma collection Apple et à l'actu des machines de poche Apple

%d blogueurs aiment cette page :